Brassage de ma première recette perso !

Frix

Ah !!! Enfin un nouveau brassin ! Et pas n’importe quel brassin : ma première recette perso. Après le foirage de la 2e Buddy Alley « kit », il était temps de remonter en selle. Le temps de concevoir la recette, tout ça… (voir les épisodes précédents), d’attendre que les températures remontent, d’être prête, d’être bien sûre, de gérer sa peur de foirer, etc… tout ça m’a amené à brasser vendredi 13 juin, il y a une 10 jours donc.

Première de la saison : une English Bitter, avec une recette inspirée de la Bombardier.

Les nouveautés

– Le brassage à l’anglaise : mono palier à 68°

– Le starter


Le brassage (photos disponibles sur la page Facebook)


fait la veille :

  • nettoyage au chemipro, aménagement du coin brasserie,
  • graduations faites sur le fourquet (par un système de petites encoches faites dessus au couteau) afin de pouvoir veiller le nombre de litres et être raccord avec les quantités d’eau,
  • tirage de l’eau du robinet (afin d’aérer pendant la nuit pour enlever les vapeurs de chlore)

Le jour du brassage :

  • 9h30 – début de journée – pesage du malt
  • 11h – fin du concassage
  • 11h20 – chauffage de l’eau
  • 11h50 – début du brassage (mono palier à 68°) : GROS avantage de cette méthode ! Une fois que la maische est à 68°, on coupe le réchaud à paella, pas besoin de chauffer en quasi continu comme avec les paliers. On fait quelques coups de chauffe pour maintenir à 68°, on brasse, comme d’hab, et c’est tout. Perso, j’ai fait 2 coups de chauffe de 2 min chacun.

Avantage 1 : on consomme beaucoup moins de gaz

Avantage 2 : moins de stress, moins d’approximations avec la gestion des paliers

Avantage 3 : pas de caramélisation des drêches en fond de cuve, ça n’accroche pas, impeccable.

  • 13h – on monte la température à 78° pour le Mash Out
  • 13h30 – on coupe tout, on laisse reposer tout ça avant d’attaquer la filtration (on déplace la cuve pour pouvoir utiliser le réchaud pour chauffer l’eau de rinçage des drêches : c’est trop lourd pour être monté sur la gazinière : et oui, les litrages on augmenté par rapport à l’an dernier !)
  • 14h10 – début de la filtration
  • 14h30 – début du rinçage (pas de repassage du moût, c’est trop chiant à faire sans pompe)
  • 15h15 – fin du rinçage (60 L  en pré-ébullition)
  • 15h30 – on chauffe le moût pour l’amener à ébullition
  • 17h – début du houblonnage
  • 18h20 – refroidissement
  • 19h30 – ensemencement (avec le starter), oxygénation du moût, mise en fûts (53 L)
  • 19h50 – rangement, nettoyage
  • 20h / 20h10 – fin de journée

La fermentation :

Très bonne fermentation qui a démarré quelques heures après ensemencement (à 4h du mat’, ça bullait à fond dans les barboteurs. Passage en secondaire avec changement de fûts jeudi. Une bonne sédimentation de 2cm environ. Densité intermédiaire : 1020. Belle couleur même si la future bière n’est pas encore clarifiée. On sent déjà bien le houblon (peut-être trop ? A voir à la dégustation).

Elle devrait être prête fin juillet si tout se passe bien. En attendant, on brassera la prochaine : une IPA fabrication maison !


Laisser un commentaire

Name*
Email*
Url
Your message*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>